Prendre du temps pour soi

0
91

… ou « Comment se sentir coupable 101 »
par Marie-Claude

En devenant Maman, une partie de notre cœur nous est volée. On donnerait tout pour notre progéniture et on veut le meilleur pour lui/elle. Il est facile de s’oublier dans tout ça. C’est pourquoi on se fait souvent répéter, tant dans les magazines que par la famille, de prendre du temps pour soi. Oui, mais… quand? Et si je ratais quelque chose?

Je suis de ces mamans qui veulent tout faire parfaitement pour le bien de leur enfant. Avant même de tomber enceinte, je me renseignais sur les choix que j’aurais éventuellement à faire (biberon ou allaitement, couches jetables ou lavables, etc.). J’ai lu tout ce que j’ai pu et je me sentais prête. Je savais que j’optimiserais mon temps et que tout serait parfait dans le meilleur des mondes (ah!).

TemspPourSoi

Or voilà, entre ce que à quoi on s’attend et la réalité, il y a un gouffre! Chaque parent et chaque enfant étant différents, il y a une période d’adaptation après la naissance. On a donc souvent de la « broue dans le toupet » pendant les premiers mois. Ensuite, on ne veut manquer aucun premier moment (mon petit homme a fait son premier sourire en ma présence… à son papa! Hihi!) et on veut s’assurer de stimuler adéquatement notre petit en lui faisant vivre le plus d’expériences possible. Mais voilà, après une journée de plus de 12 heures à être en mode actif sans arrêt (oh, il y a bien les siestes pour nous laisser un petit répit, mais avec les nuits coupées, ça ne compte pas… et on ne parle pas des tâches ménagères de base à faire), on est crevés et on n’a qu’une envie : s’« éfouarer » sur le divan une petite heure avant d’aller dormir.

Oui, j’ai toujours le temps de lire, de manger une petite pâtisserie bien méritée, de suivre mes séries télé favorites… mais ça reste à la maison, toujours aux mêmes heures en soirée, en espérant que mon petit amour ne se réveille pas pour boire ou à cause d’un mal de dents!

Heureusement, depuis que j’ai recommencé à travailler en janvier dernier, mon fils s’est rapproché de son père (lire : il ne veut pas juste et seulement maman) et je peux maintenant m’absenter de la maison seule. Génial. J’ai cependant un petit problème : je me sens ultra-coupable. Comme si je l’abandonnais. En plus, je suis absente de la maison du lundi au vendredi, de 8 h à 17 h pour le travail/voyagement. Comment puis-je oser gaspiller une seule minute qui pourrait être passée en sa présence? Pourtant, j’en ai besoin! Ne serait-ce que pour recharger mes batteries et revenir avec l’envie de passer encore plus de moments de qualité avec mes deux hommes.

C’est donc l’éternel dilemme de mes temps libres : vais-je passer du temps en famille (et l’apprécier à 100 %, je le précise) ou me consacrer quelques heures (et aussi l’apprécier à 100 %, mais en me sentant coupable à mon retour)?

Je m’améliore avec le temps et je me dis que mon fils veut sûrement avoir comme modèle une mère émancipée qui ne fait pas juste courir entre le travail et la maison. Mais bon, il ne sera petit qu’une fois… Ahhhh! Ça y est, je recommence!

Et vous, arrivez-vous à concilier vos trop rares moments de temps libre entre la famille et vous-même sans ressentir cette petite boule dans l’estomac? J’ai bien envie de lire vos expériences et conseils!

Crédit photo : Pixabay.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.