Le Défi des Demois’ailes

0
71

Courir pour donner

demoisailes1

La course à pied est un sport omniprésent dans notre société depuis quelques années. Simple et à la base abordable, ce sport est facilement accessible pour tous.  Un short, un t-shirt et des souliers de course et hop, on sort de la maison et c’est parti!  Ensuite, libre à nous de s’équiper un peu plus (ceinture pour les gourdes, montres, etc.), de s’inscrire à des courses officielles ou de suivre des programmes précis pour s’améliorer et s’entrainer plus intensément.

Personnellement, je pratique la course à pied depuis 3 ans, pour mon propre plaisir, pour me garder en forme (c’est bien le seul sport que je pratique) et pour passer du temps avec mes amies.  Si je m‘améliore, hé bien tant mieux, mais ce n’est pas le but!

En fait, pour ma part, la course à pied s’est avérée être une véritable thérapie.  Quand j’ai besoin de changer d’air, de ventiler, de chasser la grisaille, je sors courir.  Au fil du temps, j’ai allongé mes distances et j’ai finalement eu envie de m’investir dans la course, pour une cause.  Se faire du bien à soi-même tout en apportant un plus à la communauté, c’est tellement gratifiant.  C’est donc avec enthousiasme que je me suis inscrite au Défi des Demois’ailes pour la 4e édition soit celle ayant eu lieu du 6 au 10 juillet 2016.

défi demoisailes2

Pour les quatre premières éditions, le défi consistait à courir de Toronto à Shawinigan en équipe, par relais de 10 km.  En résumé, chaque fille doit courir une distance de 100km en 4 jours!  Ce n’est pas rien.  Durant 9 mois, les entrainements de groupe et individuels suivant un plan permettent de préparer le corps à cet effort.  Au-delà du défi de course, le but est d’amasser des fonds pour des maisons pour femmes et enfants victimes de violence conjugale.  Ainsi, au cours des 9 mois de préparation au défi, les Demois’ailes enchaînent les campagnes de financement et les diverses activités pour amasser les fonds.  Cette année, c’est 75 000$ qui ont été remis, divisé en 2 organismes.  L’implication est comparée à un emploi à temps partiel.  Personnellement, j’ai adoré le sentiment de bien-être, tant suite aux entrainements que lors des campagnes de financement, mais surtout à la fin du défi et au moment de la remise du chèque final.  C’est pourquoi je compte me lancer pour une 2e année dans ce défi hors du commun.  Le sentiment de dépassement de soi et de le réaliser au bénéfice des autres est tout simplement incroyable.  Au-delà du défi, j’ai également découvert des personnes extraordinaires qui sont devenues des amies et qui font maintenant partie de ma vie et de mon quotidien.

Durant le défi, nous logeons dans des VR, et nous sommes entourées de bénévoles, de coachs, de physiothérapeutes et de massothérapeutes.  Tout pour s’assurer de minimiser les blessures et que le corps suive bien  la cadence, car il ne faut pas se le cacher, c’est un effort considérable qui lui est demandé.

demoisailes3

Pour l’édition 2017, un vent de renouveau souffle sur les Demois’ailes, et le défi se réalisera uniquement au Québec.  Les filles vont donc parcourir différentes villes où se retrouvent des maisons d’hébergement.  Le défi est réservé aux filles/femmes de la Mauricie (considérant les entrainements et campagnes de financement qui se font dans la région et auxquels il faut prendre part) et les inscriptions auront lieu le 27 septembre prochain.

Avez-vous déjà réalisé un défi sportif de taille ou pris part à une cause qui vous tient à cœur?

Crédit photo: Claudine Berubé photographe (photo 1), Patrick Pratte (photo 2) et Marie  Larivière (photo 3).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.